Retour en Moselle…

Et me voilà de retour… 5 mois plus tard…

Le contraste culturel est tellement saisissant au retour que vous avez vraiment l’impression d’avoir rêvé d’être partie.. Vous êtes sur la même Terre mais vous ne vivez plus dans le même monde. Est-il vraiment possible qu’il y a encore 48h vous viviez dans des conditions si différentes ?! La couleur de peau, la langue, et même le sens de circulation ne sont plus les mêmes !

Vous retrouvez bien-sûr avec plaisir les amis, la famille et tout le confort moderne : une douche thermostatée, l’électricité 24h/24, l’eau potable au robinet, une machine à laver, une chasse d’eau qui fonctionne et j’en passe… Vous retrouvez la propreté d’une maison bien entretenue, la cuisine française et les spécialités locales (du saucisson maison et une part de tarte à la rhubarbe !!). Vous retrouvez les sensations, les odeurs, les couleurs. Et vous vous dites que, quand même, la Moselle est vraiment belle.

Vous êtes complètement déphasée aussi, la luminosité tard le soir vous étonne, et vous n’avez aucune idée de l’heure qu’il peut être en regardant le soleil… Vous dormez n’importe quand, mais vous avez réussi à faire le tour du cadran la nuit dernière et ça, c’est cool, vous avez du sommeil à rattraper !

Et puis dans toutes ces retrouvailles, vous avez constamment des flashs de souvenirs, des sourires et des rires d’enfants, et le réflexe d’économiser l’eau et l’électricité à tout instant… Et puis le tintement de vos bracelets vous ramène à chaque mouvement là où vous étiez il y a encore quelques jours… Vous repensez aux mots que Rubina vous a écrit, des mots qui touchent par dessus tous les autres, et qui ont déclenché la plus grosse crise de larme de votre vie dans la salle d’embarquement d’un autre pays, d’un autre continent, d’un autre monde… :

« I will miss you in my every step »

And so do I…

7 réflexions au sujet de « Retour en Moselle… »

  1. C’est sûr que c’est dur…:( Je te comprends et moi aussi ses mots me
    tirent de grosses larmes. Il est certain que tu leur manques, qu’ils s’étaient habitués à ta présence. Il leur faudra également un peu de temps pour retrouver leur « vie d’avant » … et toi aussi…
    Courage p’tite sœur… On est là si tu as besoin de nous…

  2. Les enfants, ça reste ds la peau, où qu’on aille, quoiqu’on fasse. Tu n’as pas porté d’enfant dans ton ventre, ms tu as expérimenté les sensations d’une mère. Cette dernière pensée juste avant le sommeil qui va vers eux, cette première pensée au réveil. Et cette inquiétude qui ne te lâche jms de savoir s’ils vont bien, s’ils sont heureux. Au delà du choc culturel, c’est leur absence quotidienne qu’il va falloir affronter, même si ton coeur y est tjs. Rubina est une sage. Et je pense fort à toi. Bon courage, et n’oublie pas de profiter qd même de ton entourage, tellement heureux de te retrouver !
    Biz

  3. J’ai l’impression d’avoir un peu voyagé avec toi et d’avoir partagé (ou même reconnu ) certaines émotions fortes. Je sais à quel point il peut être difficile de revenir , d’en revenir. Je te souhaite une douce « transition » et je t’embrasse.

  4. Ben alors elle est où la suite de ton retour en Moselle ?! on veut savoir nous !! et puis on voudrait bien quelques photos ?! pas toutes de moi hein ça me gênerait :D !!!!

  5. Elle a raison, la Chrys, on se connecte, on se connecte… et rien ! Plus d’article ! ;-)
    Bon, ceci dit, si ça fait trop mal… on peut comprendre, aussi…
    Bizzz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>