Voyager loin, c’est voyager dans le passé…

Après une première bonne nuit et bonne journée, j’ai accusé aujourd’hui un peu le coup du jetlag… Insomnie cette nuit (heureusement, j’ai pris des bouquins avec moi !), réveil difficile ce matin 2h après les enfants et zonage une bonne partie de la matinée… il faut dire que tout le monde était tellement affairé à préparer la grande fête du jour, les uns en cuisine, les autres à la douche, que je n’ai pas vraiment émergé avant que la « célébration » ne commence vers midi… Aujourd’hui c’est le dernier jour du festival de Tihar, le deuxième plus grand festival de l’année, qui dure 5 jours et dont chaque jour est consacré à une chose en particulier. Avant-hier, jour de mon arrivée, on accueillait la déesse Laxmi (déesse de l’Amour), hier c t la fête des bœufs (célébrée surtout dans les villages) et aujourd’hui c t la fête des frères et des sœurs. (Pour ceux qui connaissent Janai Purnima, c’est un peu pareil mais en plus grandiose encore). Les frères et les sœurs suivent la tradition qui consiste à se mettre un tikka avec plusieurs couleurs, s’offrir un collier de fleurs, s’offrir des petits cadeaux, s’assurer mutuellement protection et amour. G trouvé ça très beau et j’ai été particulièrement contente quand Birendra m’a demandé de m’asseoir avec lui pour qu’il me mette un tikka à moi aussi. Au Népal, je l’ai déjà expliqué, la notion de frère et sœurs est à prendre au sens large : cousins, amis proches… Le fait que Biru m’ait inclue comme ça m’a vraiment fait plaisir :)

Ensuite, on a mangé plein de « sweets », des confiseries en somme, avec des graines et des fruits, bref le dessert avant le repas quoi :) Puis on a déjeuné, une assiette énorme remplie de plein de mets délicieux et super gras :) Les enfants m’ont confié après le repas que c t la première fois qu’ils avaient autant de choses à manger, je pense que Laxmi et Krishna ont mis le paquet parce que g t là (et que j’ai aussi participé aux courses évidemment).

Après ça, un peu de rangement (y’avait une vaisselle de dingue !!) et on a été se reposer. J’ai suggéré aux enfants de regarder un film (ils n’attendaient que ça :) ) et j’en ai profité pour aller faire une sieste ;)

Ce soir, j’ai discuté un peu avec les garçons, en essayant discrètement de faire parler Loké. Il m’en a un peu plus dit sur sa famille : il a une grande sœur, qui est mariée et a quitté le village (il ne l’a donc pas revu pour Dashain…), et trois frères. Le premier, qui a un an de moins que Loké, est issu comme lui du premier mariage de sa mère. Leur père est décédé un peu avant que Lokendra n’arrive ici à ce que j’ai compris. Une veuve au Népal ne pouvant vivre seule, ils se sont installés chez son oncle. Puis leur mère a du se remarier, et les enfants du premier mariage sont dans ce cas-là interdits dans la nouvelle famille (bienvenue dans la culture népalaise ! ). L’oncle a donc contacté le Chidren Welfare Center pour placer Loké, a gardé son frère (pour quelle raison ? on n’en sait rien) et la maman est partie s’installer avec son nouveau mari. Deux petits garçons sont nés de cette union (ils ont 5 et 6 ans environ). Loké me disait qu’il n’avait pas pu aller dans la nouvelle maison de sa mère, il l’a donc rencontré chez son oncle. Drôle de mœurs, drôle de culture me direz-vous… J’imagine que si la femme avait son mot à dire la dedans, elle ne laisserait certainement pas les enfants de son premier mariage partir (et peut-être ne se remarierait-elle jamais !). Mais c’est le lot des femmes népalaises (et pas que…), qui restent sous « tutelle » de leur père-frère-mari toutes leurs vies… Combien de fois on a déjà discuté de tout ça avec Laxmi… Elle ressent cette injustice au quotidien, et se sent complètement impuissante face à cet état de fait… Pour moi, qui suis une femme Barbara Gould (vous connaissez la pub je suppose ?!), j’ai l’impression de voyager dans le passé… En astrophysique, on dit que « voir loin, c’est voir dans le passé » et bien moi j’ajoute que « voyager loin, c’est voyager dans le passé » ! Mais bon, de toute façon, comme je suis une femme, je n’aurai jamais le prix Nobel pour cette découverte ;) (Private joke pour les profs de physique ;) )

Demain, le festival est terminé, on reprend une vie normale, un jour de répit et les enfants reprendront le chemin de l’école. J’ai retrouvé cet aprèm un jeu de cartes caché dans un coin, donc demain on va jouer un peu et sortir le jeu d’échec aussi, histoire de s’occuper !

Quand il est question de filles… et de philosophie !

Après une bonne nuit de 12h (j’ai quasiment pas dormi dans l’avion), je me suis réveillée comme une fleur ce matin, une heure après les enfants. Vu que c’est encore les vacances, le rythme est peinard, les enfants font semblants de travailler un peu le matin, et n’attendent qu’une chose : pouvoir déjeuner puis mater un film sur dvd. J’ai bien essayé de les motiver à faire des trucs, mais 1) ils n’ont plus le droit de jouer au foot depuis qu’ils ont détruit les plantes qui sont en bordure de terrain 2) ils n’ont plus de cartes à jouer (et j’en ai pas pris avec moi cette fois ci… je vais aller en acheter prochainement) 3) ils sont devenus des ados démembrés n’ayant rien envie de faire d’autre que de mater un écran, quel qu’il soit… Bien-sûr, ils font leurs tâches, mais globalement sont beaucoup moins joueurs que les années précédentes… Les discussions sont autres aussi, à défaut de jouer, on « traîne », on discute, des trois petites amies de Deepak, du copain supposé de Yeshoda, bref d’histoires de cœur :) C marrant, c bien la première fois que j’ai avec eux ce genre de discussion… Deepak est un joli cœur, ce qui ne m’étonne pas du tout ! Je me suis marré par contre, quand j’ai demandé à Birendra si lui aussi avait une petite copine, et qu’il  m’a repondu « No, sister, I’m pure ! » avec beaucoup de fierté :) Halala qu’est-ce qu’ils me font marrer quand même :D

J’ai un peu moins ri quand Lokendra m’a demandé alors que je l’aidais à faire la vaisselle : « what is the meaning of life, sister ? » (traduction : quel est le sens de la vie ?). J’ai été pour le moins désappointée de devoir répondre à cette question, là à brule pourpoint, en pleine vaisselle… pas préparée surtout ! Ca a un peu élevé le niveau de discussion tout à coup, et je me suis retrouvée à philosopher avec un ado népalais pendant qq minutes… Je crois qu’il y a bcp de questionnement dans la tête de Lokendra en ce moment, il m’a parlé d’un livre qu’un bénévole avait laissé : « Life, love and laugh », me l’a montré ensuite, m’a demandé deux-trois explications. J’ai du expliquer, dans un anglais compréhensible par un népali, les concepts d’ego, d’altruisme, de spontanéité… Bref, j’ai halluciné ! J’en ai touché deux mots à Krishna ce soir et il m’a expliqué que depuis que Lokendra était parti dans son village pour Dashain (10 ans qu’il n’y avait pas été, depuis son arrivée ici, en somme), il était revenu différent. Qu’il avait pris conscience de beaucoup de choses, de la pauvreté de sa famille, du manque d’éducation de ses frères et sœurs, de ses cousins, du niveau de vie dans les villages reculés… bref, il semblerait que ça ait été un choc pour lui, il m’a dit n’avoir reconnu personne de sa famille, que les hommes travaillaient dur et qu’il avait chopé des sangsues dans la forêt… Il a d’ailleurs de sacrées plaies aux chevilles… Krishna m’a dit aussi que l’oncle de Lokendra avait dit à Loké que son père (décédé) avait des dettes envers lui (l’oncle) et que du coup il attendait de Lokendra qu’un jour il lui rembourse… bref, paye ta dette, alors que t’as 15 ans et que tu n’as plus rien à voir avec les membres de ta famille… mais tu comprends, comme c toi qu’on a envoyé à la capitale, il faut que tu nous ramènes du fric ! J’hallucine et j’ai juste envie d’aller dans son village et de balancer l’argent que doit son père (donc Loké) à la face de l’oncle !!! Nan mais tu m’étonnes que Lokendra se pose des questions sur la vie… Krishna m’a dit qu’il fallait que je continue à discuter avec lui, qu’il s’ouvrait enfin, après des années de silence et qu’il fallait qu’il trouve une oreille… mais que répondre à un ado qui a une vie aux antipodes de la mienne ?! Bon, je m’en fais pas, je vais trouver, la vaisselle, ça inspire..!

Bon sinon, on a déjà fait quelques courses avec Lamxi aujourd’hui, on a mangé de la viande ce soir, et on a rebu du whisky^^ Les enfant sont repartis comme hier faire le tour des maisons pour récolter de l’argent (c’est la coutume ici). Ils sont tout contents, ca me fait penser aux crécelles de notre époque (les mosellans me comprendront, eux ;) ). Demain c la grande fête, le dernier jour du festival de Tihar, la fête des frères et des soeurs, il va y avoir plein d’échange de cadeaux :) J’en profiterai pour leur donner les miens (du déo d’hommes pour les grands garçons, de la crème hydratante pour les plus petits -winter is coming- et du parfum et du vernis pour les filles !).

 

 

Et de 5 !

Et me voilà pour un nouveau séjour au Népal..!

Dialogue au comptoir des visas : « C’est la première fois que vous venez au Népal ? » « heu non, c’est la … 4ème, heu non 5ème fois ! ». « C’était quand la dernière fois ? » «  heu ben y’a eu 2010, 2012, 2014, 2016 pour la dernière… » « Ah oui quand même, il n’y a bientôt plus de place sur votre passeport pour coller le visa :) ».

Et ouais, je connais tout par cœur maintenant, les papiers à remplir, les bureaux, les couloirs… Et où regarder pour trouver Krishna derrière la vitre de l’aquarium… Lui sourire, répondre à ses grands signes, l’embrasser comme on retrouve un cousin pas vu de longue date :) Cette année, j’ai été touchée par la simplicité, les embrassades avec chacun, les sourires, le plaisir de se retrouver tout simplement… Et puis chacun retourne à sa tâche, en l’occurrence préparer la fête du soir : mettre les guirlandes, préparer les selroties (sortes de beignets), préparer les lampes à huile… Moi j’assiste, j’observe, je regarde tout ce petit monde s’affairer, et je prends quelques minutes avec chacun pour avoir un peu plus de nouvelles.. Ils viennent de revenir de leur village, dans lequel ils ont célébré en famille la grande fête de Dashain. Et cette année, grande joie : tout le monde est retourné dans son village, même Lokendra qui jusqu’ici restait souvent seul avec Krishna et/ou Laxmi qui restait pour le « garder ». Il faut dire que pour aller dans son village, il faut 3 jours et 2 nuits de bus, donc ça se fait pas comme ça…

Enfin, au-delà de la fatigue, d’un voyage pas forcément très confortable, je goute la joie simple de les retrouver, comme on retrouve sa famille… Les uns ont grandi, les autres ont vieilli, mais tous sont très accueillants et je découvre avec joie les petits « nouveaux ». Il y en a déjà un qui a un potentiel de chouchou, le petit Mahendra, qui avec son récent bandage à la main, est déjà venu se coller contre moi dans les escaliers… Il parle peu et mal l’anglais, comme d’hab avec les nouveaux, mais il a envie de créer le contact et ça, évidemment, ça donne envie de s’y intéresser…

Une bonne discussion avec Krishna et Laxmi à propos des enfants, du planning de mon séjour, sur fond de whisky (Krishna pensait me faire plaisir pour l’apéro, mais beurk que je déteste ça !) et au lit !

Plus de détails par la suite !

Namaste !